Qu’est-ce que la comptabilité analytique et pourquoi l’utiliser ?

  • Conseils
  • 19 min read
comptabilite-analytique

Un chef d’entreprise doit avoir les outils lui permettant de gérer son entreprise et de prendre des décisions. La comptabilité analytique est un outil de comptabilité et de gestion. Elle se différencie de la comptabilité générale d’exploitation car elle permet de calculer des coûts par produit ou par service pour avoir une vue détaillée de la rentabilité de chacun d’eux. Explications !

Qu’est-ce que la compatibilité analytique ?

La comptabilité analytique est une branche de la comptabilité générale qui synthétise et enregistre les coûts des centres de fabrication, de services et commerciaux d’une entreprise, de sorte que les résultats de chacun d’eux puissent être mesurés, contrôlés et interprétés en obtenant les coûts unitaires et totaux selon des degrés progressifs d’analyse et de corrélation.

Comme la comptabilité générale, elle est basée sur la comptabilité en partie double. C’est une partie de la comptabilité générale qui nécessite une analyse plus détaillée que le reste.

Bien que l’on puisse se passer de la base comptable pour l’établissement des coûts, elle n’est pas recommandée en raison des lacunes, des erreurs et des omissions qui peuvent survenir.

Un système de coût de revient intégré à la comptabilité générale vous permet de fonctionner avec la parfaite sécurité qu’offre l’équilibrage des comptes.

La comptabilité analytique se concentre sur :

  • l’identification,
  • la prédétermination,
  • l’enregistrement,
  • l’analyse des coûts de fabrication d’un produit ou de prestation d’un service.

Les principaux objectifs pour optimiser le fonctionnement d’une entreprise

comptabilite-analytiqueChaque entreprise doit identifier les besoins à couvrir, le public d’utilisateurs à cibler, les produits ou services à offrir pour répondre aux exigences des clients et le seuil de rentabilité de chaque produit.

Selon l’activité de l’organisation, il existe des sociétés commerciales, de services et industrielles. Les entreprises participent à un marché libre de la concurrence, où le comportement des prix des produits ou des services dépend de l’offre et de la demande, par opposition aux avantages concurrentiels des entreprises qui sont fonction de la qualité du produit ou du service qu’elles offrent.

Suivant cette logique, et que les entreprises peuvent faire de leur prix un avantage concurrentiel afin d’être attrayantes pour leurs clients, l’entrepreneur doit identifier les intrants qui seront nécessaires à l’industrie qu’il dirige pour générer son produit ou son service, en plus du comportement des coûts de ses dépenses afin de déterminer les prix de vente finaux.

Une fois que le produit ou le service et les intrants (directs et indirects) à utiliser par l’entreprise ont été définis, il faut en déterminer les coûts.

La comptabilité analytique permet de déterminer le coût unitaire de production d’un article ou de prestation d’un service.

Par conséquent, la comptabilité analytique :

  • Détermine le coût de production unitaire, qui sert de référence pour fixer le prix de vente du produit.
  • Le point mort.
  • Il analyse la commodité de l’achat ou de la fabrication d’un produit.
  • Détermine le coût des ventes pour estimer le bénéfice de la vente du produit ou du service au cours d’une période donnée.
  • Établit comment les stocks seront évalués pour leur présentation adéquate dans les états financiers de la société.
  • Analyse le comportement des coûts des produits et services pour développer des stratégies d’affaires visant à les rendre plus compétitifs et attrayants pour leurs clients.

Selon le type de produit ou de service offert, la comptabilité analytique applicable peut se faire de deux façons : par ordre de production (lors de la fabrication ou de la prestation d’un service) ou par processus (lors de la fabrication ou de la prestation d’un service en ligne).

La comptabilité analytique comme outil d’aide à la décision

Fondements théoriques du coût dans l’entreprise

La mise en équivalence a deux objectifs principaux :

  1. rendre compte de la situation de l’entité (bilan),
  2. évaluer les variations de capital résultant des activités (compte de résultat).

La présentation des coûts affecte les deux, puisque le coût des produits non vendus est reflété dans le premier et le coût des produits vendus dans le second. Par conséquent, le système de comptabilité analytique n’est pas indépendant des comptes de capitaux propres.

Le système de comptabilité analytique est le plus grand système d’information de presque toutes les organisations. Elle traite directement du contrôle des stocks, des immobilisations corporelles et des fonds dépensés pour les activités fonctionnelles.

La comptabilité analytique traite de la classification, de l’accumulation, du contrôle et de l’imputation des coûts. Les coûts peuvent être comptabilisés par comptes, emplois, processus, produits ou autres secteurs d’activité.

Le système officiel de comptabilité analytique fournit généralement des informations et des rapports sur les coûts pour la réalisation des deux premiers objectifs. Toutefois, aux fins de la planification de la gestion et de la prise de décisions, ces informations doivent généralement être reclassées, réorganisées et complétées par d’autres rapports économiques et commerciaux pertinents provenant de sources extérieures au système normal de comptabilité analytique.

Une fonction importante de la comptabilité analytique est d’imputer les coûts aux produits fabriqués et de comparer ces coûts avec le revenu résultant de leur vente.

La comptabilité analytique sert à contrôler les opérations et à faciliter la prise de décision.

Les caractéristiques de la comptabilité analytique

  • Elle est analytique, puisqu’il est planifié sur les segments d’une société, et non sur son total.
  • Elle prédit l’avenir, tout en enregistrant les événements qui se sont produits.
  • Les mouvements des comptes principaux sont en unités.
  • Elle n’enregistre que les opérations internes.
  • Elle reflète l’union d’une série d’éléments : la matière première, la main-d’œuvre directe et les charges industrielles.
  • Elle détermine le coût des matières utilisées par les différents secteurs, le coût des marchandises vendues et le coût des stocks.
  • Ses périodes sont mensuelles et non annuelles comme celles de la comptabilité générale.
  • Son idée implicite est la minimisation des coûts.

Objectifs de l’établissement des coûts

Le coût est une ressource qui est sacrifiée ou abandonnée pour atteindre un objectif précis.

Le coût de production est la valeur de tous les biens et efforts qui ont été ou seront engagés, qui doivent être consommés par les centres de fabrication pour obtenir un produit fini, en état d’être livré au secteur commercial.

En d’autres termes, le coût est l’effort économique qui doit être fait pour atteindre un objectif opérationnel, tel que le paiement des salaires, l’achat de matériaux, la fabrication d’un produit, l’obtention de fonds pour le financement, entre autres. Lorsque l’objectif souhaité n’est pas atteint, on dit qu’une entreprise est à perte.
Importance et nécessité du coût

L’importance de cette catégorie découle tout d’abord de la nécessité de mesurer la dépense de travail productif, le niveau de développement de la productivité du travail et le caractère du travail. En second lieu, il est nécessaire de comparer les dépenses avec les résultats obtenus dans l’activité économique productive des différentes entreprises.

Le coût dans l’économie est d’une grande importance car il est le point de départ de la fixation des prix, en fonction des principes sur lesquels ils sont fixés, de l’encouragement du progrès technique et du développement proportionné de l’économie nationale.

La réduction des coûts est d’une importance extraordinaire pour les intérêts économiques de la société, des entreprises et des travailleurs individuels. Lorsque les coûts de production diminuent, les bénéfices augmentent, ce qui permet d’augmenter le niveau de vie de la population.

La possibilité de réduire le coût n’est pas automatique, il est nécessaire d’utiliser des moyens et des formes d’organisation de sa réalisation, en tenant compte des règles établies pour elle. Plusieurs facteurs influent d’une manière ou d’une autre sur la réduction des coûts : augmentation de la productivité du travail, automatisation des processus de production, utilisation proportionnelle des moyens de production et modification de la structure et du volume de production permettant d’éviter les pertes et les coûts de production.

Avec la planification, l’enregistrement et le calcul des coûts, différents objectifs sont atteints, ce qui permet d’augmenter l’efficacité, en assurant des niveaux élevés de croissance des bénéfices et en augmentant la rentabilité de la production. Par le biais de l’enregistrement, l »entreprise peut obtenir des indicateurs qui caractérisent le degré de croissance du plan de coûts par postes de dépenses, types de produits et domaines de l’entreprise et le contrôle de l’utilisation rationnelle de la main-d’œuvre, de l’utilisation des matières premières et des matériaux, du carburant, de l’énergie, etc. Cela permet une réduction systématique du coût de production. Le calcul du coût est établi en fonction d’objectifs bien définis tels que : le contrôle, l’établissement des coûts et la prise de décision.

L’objectif fondamental de l’établissement des coûts est le contrôle. La direction souhaite contrôler les coûts et s’assurer qu’ils ne sont pas excessifs par rapport aux objectifs et aux plans. Le coût de production et des services est un autre objectif important, c’est la façon de déterminer les coûts appropriés des stocks aux fins de la préparation des états financiers.

Les coûts peuvent être classés de différentes façons

Leur nature économique

  • Matériaux : Ce sont les principaux biens utilisés dans la production et ils sont transformés en articles finis avec l’ajout de la main-d’œuvre directe et des coûts indirects de fabrication.
  • Matériaux directs : Il s’agit de toutes les matières utilisées qui peuvent être facilement identifiées avec le produit dans la production d’un article, représentant le coût principal des matières dans la production de cet article fini.
  • Matériaux indirects : Ce sont toutes les matières impliquées dans la production d’un produit autre que les matières directes. Les matières indirectes sont incluses dans les coûts indirects de fabrication.
  • Travail : L’effort physique ou mental utilisé dans la fabrication d’un produit. Le coût du travail peut être divisé en travail direct et en travail indirect.
  • Main-d’œuvre directe : Toute main-d’œuvre directement impliquée dans la fabrication d’un produit fini qui peut être facilement associée au produit fini et qui représente le principal coût de main-d’œuvre dans la fabrication de ce produit. Main-d’œuvre indirecte : Toute main-d’œuvre impliquée dans la fabrication d’un produit, qui n’est pas considérée comme de la main-d’œuvre directe. La main-d’œuvre indirecte est incluse dans les coûts indirects de fabrication.
  • Coûts indirects de fabrication : Coûts non directement associés à un poste ou à un domaine spécifique et utilisés pour cumuler les matières indirectes, la main-d’œuvre indirecte et tous les coûts indirects de fabrication. Ces éléments sont inclus dans les coûts indirects de fabrication parce qu’ils ne peuvent pas être directement identifiés aux produits spécifiques.

Leur relation avec la production

  • Coûts primaires : Les coûts primaires sont la somme des matières directes et de la main-d’œuvre directe ; les coûts primaires sont directement liés à la production. Les coûts de conversion sont constitués de la main-d’œuvre directe et des coûts indirects de fabrication.
  • Coûts variables : Coûts dont le coût total varie en proportion directe des variations de volume ou de production, dans la fourchette pertinente, tandis que le coût unitaire reste constant.
  • Coûts fixes : Les coûts fixes sont ceux dont le coût fixe total reste constant pour une gamme de production donnée, tandis que le coût fixe par unité varie en fonction de la production.
  • Coûts mixtes : contient des caractéristiques de coûts fixes et variables dans diverses gammes d’opérations pertinentes. Il existe 2 types de coûts mixtes : les coûts semi-variables et les coûts échelonnés.
  • Coût semi-variable : La partie fixe du coût semi-variable représente généralement une charge minimale lors de la mise à disposition d’un certain article ou service. La partie variable est le coût facturé pour l’utilisation effective du service. Il varie en fonction de l’activité mais pas en proportion directe du volume.
  • Coûts échelonnés : La portion fixe des coûts échelonnés change brusquement à différents niveaux d’activité parce qu’ils sont achetés en portions indivisibles.

La capacité à associer des coûts

  • Coûts directs : Il s’agit des coûts que la direction est en mesure d’identifier avec les éléments ou les domaines spécifiques. Les coûts des matières directes et de la main-d’œuvre directe pour un produit spécifique sont des exemples de coûts directs.
  • Coûts indirects : Ce sont les coûts qui sont communs à de nombreux éléments et qui ne sont donc pas directement identifiables à un élément ou à un domaine particulier. Les coûts indirects sont généralement imputés aux postes ou aux domaines à l’aide de techniques de répartition.

Les départements où ils ont été engagés

  • Département de production : Ceux-ci contribuent directement à la production d’un article et c’est dans ces services que le processus de conversion ou de fabrication a lieu. Elles comprennent les opérations manuelles et mécaniques effectuées directement sur le processus de fabrication.
  • Service : Ce sont les services qui ne sont pas directement liés à la production d’un article. Leur fonction est de fournir des services aux autres ministères.

Par domaines fonctionnels

  • Coûts de fabrication : Ils sont liés à la production d’un article. Les coûts de fabrication sont la somme des matières directes, de la main-d’œuvre directe et des coûts indirects de fabrication.
  • Coûts de marketing : Coûts engagés dans la vente d’un produit ou d’un service. Coûts d’administration : Coûts engagés dans la gestion, le contrôle et l’exploitation d’une entreprise et comprennent le paiement des salaires des cadres et du personnel de bureau.
  • Coûts financiers : Ils sont liés à l’obtention de fonds pour l’exploitation de l’entreprise. Ils comprennent le coût des intérêts que l’entreprise doit payer sur les prêts, ainsi que les coûts d’octroi de crédit aux clients.

La période au cours de laquelle ils doivent être imputés aux résultats

  • Coût du produit : Il s’agit des coûts directement et indirectement identifiables avec le produit. Il s’agit des coûts des matières directes, de la main-d’œuvre directe et des coûts indirects de fabrication. Ceux qui sont engagés dans la fabrication d’un article.
  • Coût de l’exercice : Ce sont les coûts qui ne sont pas directement ou indirectement liés à la fabrication d’un produit et qui ne seraient donc pas inventés. Les coûts de période sont annulés immédiatement, car aucune relation entre les coûts et les produits ne peut être déterminée.

Leur rapport avec la planification, le contrôle et la prise de décision

  • Coûts standard : Les coûts standard sont ceux qui devraient être engagés dans un processus de production particulier dans des conditions normales. Le coût standard est généralement lié aux coûts unitaires des matières directes, de la main-d’œuvre directe et des coûts indirects de fabrication.
  • Coûts budgétés : Il s’agit d’un type de coût prédéterminé et son analyse est basée sur les coûts totaux. Ils fournissent une prévision de l’activité sur la base du coût total plutôt que sur la base du coût unitaire.
  • Coûts contrôlables : Il s’agit des coûts sur lesquels les gestionnaires peuvent exercer une influence directe pendant une certaine période de temps.
  • Coûts non contrôlables : Coûts qui ne sont pas directement gérés par un niveau particulier d’autorité de gestion.
  • Coûts autorisés : Ils concernent les immobilisations corporelles et le personnel salarié indispensables à long terme.
  • Coûts discrétionnaires : Ils sont liés aux réparations et à l’entretien, aux frais de publicité, à la formation des cadres à court terme.
  • Coûts pertinents : Il s’agit de coûts futurs prévus qui diffèrent d’un plan d’action à l’autre et qui peuvent être éliminés si l’activité économique est modifiée ou interrompue.
  • Coûts non pertinents : Coûts qui ne sont pas touchés par les mesures de gestion. Coûts différentiels : Un coût différentiel est la différence entre les coûts des mesures de rechange, élément par élément.
  • Coût d’opportunité : La valeur de la meilleure alternative économique possible à abandonner pour consacrer des ressources à une autre activité spécifique. Ce sont les avantages d’une action qui a été changée en une autre alternative.
  • Coûts de fermeture de l’usine : les coûts fixes qui seraient encourus même en l’absence de production.

Cycle de la comptabilité analytique

Le flux des coûts de production suit le mouvement physique des matières premières à mesure qu’elles sont reçues, stockées, dépensées et converties en produits finis. Le flux des coûts de production se traduit par des comptes de résultat, des coûts des ventes et des coûts de production incluant les charges directes et indirectes.

Système de coût

On peut dire qu’un système de coûts est constitué d’un ensemble de procédures, de normes, d’instructions, d’enregistrements, de modèles, de procédures et de moyens de traitement qui sont liés entre eux et qui permettent d’enregistrer, de calculer et de contrôler les informations sur le coût de production, de rendre compte de l’efficience, de l’efficacité et de la qualité de la gestion des intrants utilisés par l’entreprise. Le type d’activité de production exécutée est le facteur déterminant pour décider du système de coûts à mettre en œuvre.

Il existe deux systèmes de coûts traditionnels :

Système de coût par commande

Le système de coût par commande est utilisé dans les entreprises qui ont une production à faible concentration et une grande variété de produits ou de services.

La production est organisée par des ordres qui couvrent l’élaboration de lots avec leurs propres caractéristiques technologiques, par exemple, la qualité et la quantité des matériaux qui sont nécessaires à l’utilisation, le temps et la classification de la main-d’œuvre qui participe au processus de production, l’ordre dans le processus de fabrication du lot. Cela signifie que tous les lots ne doivent pas être soumis au même processus ni passer par les mêmes départements de production, contrairement aux sociétés qui ont un système de coût par processus, dans lequel toutes les unités doivent être soumises au même processus et passer par les mêmes départements.

Dans chaque commande, les coûts des matériaux consommés, les salaires des travailleurs qui ont participé à l’élaboration des produits couverts par la commande et les autres dépenses réelles qu’il n’est pas possible d’affecter directement sont enregistrés et ensuite appliqués par le biais d’une redevance.

Une autre caractéristique du système spécifique aux commandes est que le coût unitaire ne peut pas être déterminé tant que le traitement complet du lot n’est pas terminé.

Coût par système de processus

Le système de coût par processus est utilisé par les entreprises qui ont une production à forte concentration et le processus de production est continu. La production est uniforme et les unités subissent les mêmes processus, de sorte que l’on suppose que chaque unité reçoit le même coût.

L’axe central du système de coûts par processus est le cumul des coûts dans chaque département ou processus pour une période donnée, par exemple un mois.

De même, avec l’accumulation des coûts, on compte les unités de production produites dans chaque département et dans chaque période, à la fin de laquelle on calcule le coût par unité produite.

Les caractéristiques de ce système sont les suivantes : les coûts sont accumulés au fil du temps (généralement un mois), les dépenses sont accumulées par service ou par procédé, la production fait l’objet de registres et de rapports périodiques par service et le coût par unité produite est calculé en divisant le coût dans chaque service par la production obtenue dans celui-ci.

Imputation rationnelle des frais indirects

En raison de la nécessité de résoudre le problème de l’affectation des frais indirects de fabrication aux produits, et afin d’obtenir des informations stratégiques qui permettraient de déterminer plus précisément la combinaison de produits appropriée et d’établir les prix de vente en fonction à la fois du coût et de la volonté des clients de payer, il a fallu ajouter d’autres facteurs de répartition des coûts qui permettraient de mesurer adéquatement les ressources employées par chaque produit.

Naissance de la méthode ABC

C’est ainsi qu’est né, dans les années 60, le système de comptabilité par activités  » ABC « , qui a vu le jour de façon embryonnaire, en raison du développement de nouvelles technologies et de la main-d’œuvre, d’où la nécessité pour les entreprises de disposer de systèmes de comptabilité nouveaux et plus élaborés.

Dans les années 80, le marché mondial a fait face au changement de philosophie d’entreprise avec une approche globalisée soutenue par des avancées technologiques dont l’objectif est d’obtenir des produits compétitifs, de minimiser les coûts de production et de répondre en temps voulu aux besoins spécifiques du client.

L’organisation des entreprises d’aujourd’hui est caractérisée par l’automatisation, la réduction des délais de livraison, la qualité, la satisfaction des clients et l’optimisation des coûts ; la planification et le contrôle sont essentiels pour survivre dans un environnement difficile.

Le système de comptabilité par activités ABC est un système amélioré qui offre un large éventail d’avantages qui doivent encore être développés avant qu’il puisse être considéré par la communauté comptable comme une solution pleinement satisfaisante aux problèmes existants.

L’emplacement des marchés et les exigences des clients obligent l’organisation à disposer de l’information nécessaire pour prendre des décisions économiques. Le système ABC permet la répartition des différents coûts indirects en fonction des activités réalisées, identifiant ainsi l’origine du coût de l’activité, non seulement pour la production mais aussi pour la distribution et les ventes, et contribue à la prise de décision sur les lignes de produits, les segments de marché et les relations avec les clients.

ABC mesure la portée, le coût et le rendement des ressources, des activités et des objets de coûts. Les ressources sont d’abord affectées aux activités, puis aux supports de coûts en fonction de leur utilisation. Les ressources ne coûtent pas, elles coûtent les activités qui sont faites avec elles.

Les avantages spécifiques et les utilisations stratégiques de cette information sont

  1. des coûts de produits plus précis, permettant de prendre de meilleures décisions stratégiques en matière de prix des produits, de gamme de produits, d’approvisionnement et d’investissement dans la recherche et le développement
  2. une meilleure vision des activités réalisées (parce qu’ABC cartographie les activités et se réfère aux coûts de ces activités) permet à une entreprise de se concentrer davantage sur la gestion des activités, ainsi que sur l’amélioration de l’efficacité des activités à coût élevé et sur l’identification et la réduction des activités qui n’apportent pas de valeur ajoutée.

Bien qu’il y ait évidemment des avantages potentiels, ABC ne devrait pas être considéré comme une panacée comme outil de gestion.

Les entreprises doivent être conscientes qu’il ne suffit pas de mettre en œuvre ABC. Afin de pouvoir s’améliorer, les décisions doivent être prises en fonction de leurs résultats.

La comptabilité analytique est-elle obligatoire ?

Une des principales caractéristiques de la comptabilité interne ou analytique est que les entreprises ne sont pas obligées d’utiliser cet outil de gestion comptable, car il est destiné à l’usage interne exclusif des organisations. Par conséquent, il n’y a pas non plus de format réglementaire. En ce sens, elle n’est pas soumise à la réglementation légale et n’apparaît pas dans le plan comptable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *